Du 8 au 24 juin, Reims a vécu au rythme de la Coupe du Monde Féminine™. Six matches, 11 équipes dont les Championnes du Monde en titre américaines et les novices Thaïlandaises mais aussi plus de 93 000 personnes sur l’ensemble des matches. Retour sur deux semaines à la saveur particulière que la capitale champenoise n’est pas près d’oublier.

Après Grenoble, c’est aussi terminé pour la ville de Reims, hôte de la huitième édition de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. À l’exaltation des premiers jours s’est substituée une certaine tristesse de voir l’aventure s’arrêter si soudainement. « J’ai l’impression d’avoir vécu dans une bulle, confie Alban, Volontaire affecté aux Services aux spectateurs. J’ai adoré pouvoir être mobilisé sur plusieurs missions, qu’il s’agisse du placement des supporters dans les tribunes, ou l’orientation sur le parvis. Si les journées étaient intenses par le rythme à suivre et la chaleur à supporter, j’en garderai un souvenir incroyable. »

Comme pour beaucoup de ses coéquipiers et maintenant amis, cette aventure aura tenu toutes ses promesses : une ambiance festive et familiale, un public enthousiaste et souriant, des organisateurs bienveillants. Une grande famille est née, en témoigne la soirée de clôture organisée quelques heures après la fin de ce huitième de finale. Il a réuni l’ensemble des 250 Volontaires et les 35 membres de l’équipe du site, rejoints par le Directeur du Comité d’Organisation, Erwan Le Prévost et le Directeur du Tournoi, Bertrand Paquette venus spécialement pour remercier l’implication de tous et l’aide significative des volontaires.

Ce dernier match était aussi l’occasion pour les habitants de s’immerger une fois de plus, dans la culture américaine. Habitués à en croiser quelques-uns, venus en échange universitaire à Sciences-Po qui accueille un programme euro-américain, c’est une vague qui a déferlé. De pied en cape, impossible de ne pas les reconnaître et c’est avec plaisir qu’ils se prêtent au jeu des photos avec les Rémois… ou avec les supporters du camp espagnol, adversaire du jour. Une atmosphère bon-enfant entre les supporters, ressentie dès le début du Mondial. « On attend que les joueuses sortent de leur hôtel pour les encourager, indique l’un des fans espagnols. Des Américains sont présents aussi mais il n’y a aucune tension entre nous. Pour eux comme pour moi, c’est une occasion qui ne se répétera pas de croiser des internationales. En revanche dans les tribunes, la rivalité sera bien présente. »

Ambiance festive, échanges culturels…et retombées économiques ! Difficile de passer à côté de cet élément pour les buvettes du stade Auguste-Delaune. Les responsables reconnaissent le succès de cette compétition pour leur commerce. Peu habitués à une telle affluence et une telle demande, ils ont dû voir les choses en grand. Notamment pour satisfaire une clientèle avide de découvrir les produits locaux comme le sandwich rémois. Sans oublier les grands classiques, hot-dogs et barquettes de frites, indispensable à la panoplie de supporter. Le succès est tel qu’en six matches de compétition, c’est l’équivalent d’une année de restauration en Ligue 1 qui aura été couverte !

Il est temps maintenant de procéder au démontage du stade Delaune. Après une parenthèse bleue, il retrouvera son habillage rouge d’ici quelques jours.