Lundi 17 juin, le Président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques Paris 2024, Tony Estanguet, s’est rendu à Rennes. Une venue qui n’est pas passée inaperçue puisque le triple médaillé olympique s’est mêlé à la foule de supporters rejoignant le Roazhon Park afin d’assister à la dernière rencontre de phase de groupes de la France, face au Nigeria (1-0). Il souhaitait aussi croiser les acteurs locaux sur lesquels s’appuie la Coupe du Monde Féminine 2019™.

Tony Estanguet est un habitué des compétitions internationales. À son palmarès, figurent notamment trois médailles d’or en quatre participations à des Jeux Olympiques. Désormais Président du Comité d’Organisation des JO qui se dérouleront à Paris en 2024, il suit avec intérêt la Coupe du Monde Féminine de la FIFA en France : « J’étais là au match d’ouverture, c’était génial et pas que le résultat des Françaises (4-0). La cérémonie d’ouverture ou encore ce stade plein, c’était vraiment beau à voir. J’essaye d’assister à un maximum de matches. »

Lui aussi souhaite que cette prochaine compétition internationale majeure possède un véritable ancrage local. « Aux Jeux Olympiques, on a des sports qui sont moins connus que d’autres, qui eux, passionnent. Notre défi c’est d’arriver à mobiliser tout le monde autour des JO, quelle que soit la pratique. Nous avons 5 années pour trouver des points de relais en région, d’où ma rencontre avec des élus aujourd’hui, en marge du match. Comme cette Coupe du Monde, on souhaite une belle fête populaire, pour tous les sports. »

L’implication des territoires est un sujet commun aux organisateurs de la Coupe du Monde et des JO 2024, tous deux dotés d’un département Impact et Héritage. Tony Estanguet l’admet : « Nous allons vers un nouveau modèle dans l’organisation d’événements. Ils doivent notamment être moins coûteux en termes de nouvelles infrastructures et avoir l’ambition de favoriser les populations locales. Comme le COL, notre but est de permettre à ces populations où se déroulera la compétition de ne pas être simplement spectateurs mais aussi acteurs. Nous suivons de près la manière de favoriser l’emploi dans ces territoires. »