Moins d’un an après la Coupe du Monde Féminine U-20, la Bretagne a retrouvé l’ambiance d’un Mondial. Cette année, place à la compétition des A, dans le chef-lieu rennais. Au programme, 7 matches et une ferveur populaire exemplaire. Lundi 17 juin, on a (re)-vécu une Coupe du Monde en Bretagne.

Après les cornemuses écossaises ou les démonstrations de danse chilienne il y a quelques jours, place au défilée des supporters français pour ce quatrième jour de compétition à Rennes. Menés par la troupe Bagad Roazhon, les fans ont rallié le stade depuis le mail François Mitterrand, lieux des animations mises en place par la FIFA, la ville de Rennes et la Ligue de Bretagne. Marchant parmi eux, Tony Estanguet, Président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques Paris 2024. L’ancien médaillé olympique en a profité pour souligner l’engouement suscité par la compétition : « Les Jeux Olympiques ont lieux dans cinq ans mais pour nous, cette Coupe du Monde est importante du point de vue organisationnel. Nous avons observé l’implication des acteurs locaux et la réussite de leur collaboration avec le Comité d’Organisation. Nous ferons en sorte de nous en   inspirer ». Mais, fervent supporter des Bleues, il « espère retrouver cette équipe le plus loin possible, notamment à Lyon. » Voilà qui est dit.

Quelques instants plus tôt dans les coulisses du Roazhon Park, les organisateurs du Mondial vivaient eux aussi un grand moment. Ou plutôt, les Volontaires, maillons indispensables à l’organisation de la compétition et dont la plupart sont originaires de la région. Laura Georges, ancienne défenseure de l’Équipe de France et désormais Secrétaire Générale à la Fédération Française de Football, est venue saluer les 280 Volontaires mobilisés sur le site rennais. « Cette Coupe du Monde existe parce que vous êtes là. Vous êtes au cœur de ce projet. Je souhaite vous remercier pour le temps que vous nous donnez, à tous, au public, aux joueuses, aux Fédérations. » insiste-elle. Serge, Volontaire au centre d’accréditation n’en était pas à sa première rencontre avec la FIFA Legend et la Coupe du Monde Féminine. Déployé à Vannes l’été dernier pour la compétition des moins de vingt ans, il avait déjà eu l’opportunité de rencontrer l’ex-Bleue : « Aujourd’hui c’est mon anniversaire, pile le jour de ce match de la France à Rennes et de la venue de Laura Georges. En plus, un match à guichets fermés et par une belle journée d’été. Que pourrais-je rêver de mieux ? » La victoire de la France face au Nigeria peut-être ?

Un vœu – exprimé à voix basse – devenu réalité pour Serge et  la grande majorité des supporters réunis au stade en ce début de semaine. Dans un Roazhon Park qui a rassemblé 28 267 spectateurs acquis aux Françaises, le public a célébré d’une seule voix la victoire (1-0 sur un penalty de Wendie Renard), tout comme il avait acclamé un peu plus tôt, l’enfant du pays Eugénie Le Sommer, entrée à l’heure de jeu.

Trois matches sont encore prévus au Roazhon Park : le dernier de groupes (Thaïlande-Chili le 20 juin), un huitième et un quart de finale. De quoi profiter encore de l’esprit festif de ce tournoi et garder des souvenirs inoubliables pour tous ceux venus en nombre, assister au premier Mondial Féminin organisé en France.