La Coupe du Monde Féminine de la FIFA s’achève ce dimanche 7 juillet. L’heure du bilan viendra très vite mais pour certains, il s’avère déjà plus que positif. Comme pour l’édition des moins de vingt ans en Bretagne, les terrains d’entraînement se réjouissent de son impact.

Dans le cadre de la Coupe du Monde en France, 37 sites avaient été retenus pour permettre aux 24 équipes participantes – ainsi qu’aux arbitres – de se préparer. Il y en avait 4 autour de chacune des neuf villes hôtes, un de plus à Paris pour l’entraînement des arbitres, à l’INSEP. Sélectionnés par la FIFA et le Comité d’Organisation Local en début d’année, ils ont eu à peine quelques mois pour transformer leurs pelouses et mettre leurs infrastructures aux normes de la compétition.

Après que leur personnel d’entretien a suivi une formation et reçu une tondeuse d’une valeur de 14 000€ pour parfaire l’état du gazon, l’héritage proposé aux terrains d’entraînement ne s’arrête pas là. Buts fixes et amovibles avec filets, piquets, murs de coup franc, plots, chasubles, équipement de match pour une équipe féminine, tels sont les éléments reçus par les 37 sites, pour un total de près de 7 000€.

Mandelieu-la Napoule-a fait partie de ces terrains choisis. Situé à proximité de Nice, le site a notamment accueilli l’Équipe de France. Pour la municipalité, cette compétition est un vrai succès. Après l’entraînement des Françaises le 9 juin, elle témoignait : « Nous sommes fiers d’avoir été choisis par la FIFA et le Comité d’Organisation. Le terrain est maintenant superbe, nos équipes vont pouvoir en profiter la saison prochaine. Les jeunes générations vont pouvoir s’entraîner sur une pelouse foulée par des stars et surtout d’une qualité sans précédent. »

À la fin du Mondial, les communes percevront également une dotation financière de quelques milliers d’euros qu’elles pourront investir dans leurs infrastructures sportives. L’héritage de la compétition est déjà en place, dans le respect de la stratégie RSE des organisateurs.