Remplissage maximal, match de haute intensité, feu d’artifice. Voilà comment s’est achevée dimanche 7 juillet 2019 la huitième Coupe du Monde Féminine de la FIFA. Une finale et un final parfait pour le Comité d’Organisation, la FIFA et les villes hôtes, en particulier Lyon, sous les feux des projecteurs depuis le 1er juillet.

Ce dimanche 7 juillet, Lyon s’est réveillée dans une ambiance particulière. Les habitants s’en sont rendus compte très rapidement : la Coupe du Monde avait encore lieu et il ne fallait plus attendre que quelques heures avant de connaître son dénouement. Pour les supporters américains et néerlandais, c’était l’occasion de converger une dernière fois vers la FIFA Fan Experience installée place Bellecour, flâner dans les rues à la recherche des spécialités locales, avant de se diriger vers le stade, où les attendait le grand final. Ou plutôt, la grande finale. Les Etats-Unis partaient à la conquête de leur quatrième sacre tandis que les Pays-Bas n’avait qu’une envie, celle du doublé Euro-Coupe du Monde.

Du côté du Comité d’Organisation et de la FIFA, un seul objectif pour cette dernière journée, le même qui les anime depuis le début : démontrer une excellente organisation pour la plus prestigieuse compétition de la discipline. Et pour chaque collaborateur réuni sur le site lyonnais, la règle a été respectée. Un stade rempli, des supporters des deux camps ravis, un feu d’artifice haut en couleur pour les nouvelles Championnes, c’est dans la liesse générale que s’est terminé le Mondial.

La satisfaction va au-delà du spectacle sur et en dehors des terrains et de la liesse populaire qui a animé les territoires pendant un mois. L’organisation de cette Coupe du Monde, c’est aussi l’impression d’avoir participé à un tournant dans l’histoire du football et du sport féminin. Un fait que la Vice-Présidente Déléguée à la Fédération Française de Football et Vice-Présidente du COL, Brigitte Henriques, a tenu à souligner lors de ses remerciements : « Cette Coupe du Monde en France, nous en rêvions depuis longtemps. Votre travail marquera l’histoire. Je le répète, il y aura bel et bien un avant et un après 2019 et c’est grâce à vous. »

52 matches organisés. Mais ce que le COL et la FIFA retiennent, ce sont près 1,2 million de spectateurs, une audience totale de près d’1 milliard de téléspectateurs, des demandes de licences qui augmentent de manière exponentielle dans les pays participants. Le défi était de taille, il est réussi. Le football féminin a la cote.

Sur le site de Lyon, il est temps de passer au démontage des infrastructures temporaires et de la signalétique. La Coupe du Monde aura fait un passage certes éphémère, mais remarqué. Et pour tous, c’est ce qui importe le plus.